L’écurie

La porte est fermée. Verrouillée
La tablette est tombée dans l’herbe haute
Il reste un vieux fer
Sur la petite fenêtre en demi-lune.
Et sur le montoir
Traînent des entraves.

18 juin 1967

(Traduction Paol Keineg)

Ce poème en breton





« »