Depuis mon lit

Trois toits bleus au faîte rouge
Une croix de fer dans le ciel de cendre
Au sommet du toit le plus haut
couvert de mousse verte
Des oiseaux de mer méditent
sur le temps
Une petite mouette grise à la tête inclinée :
Adoratrice de la croix.
Autour de moi c’est le sabbat, la foire
Impossible de me reposer
Des visages rouges, des visages de cire
Le palais de la souffrance
Plaintes. Plaintes et clameur et chagrin
Angoisse et peine.
Des fées agiles en voile blanc
Vont et viennent
Un sourire joyeux aux lèvres
Essaient de semer la joie
De semer la joie avec la graine de l’Espérance
De semer la Foi, avec l’Amour.

Lannion, octobre 1966

(Traduction Paol Keineg)

Ce poème en breton





« »