Prisonniers

I.R.A. A.R.B. : Ira et Arbé
Je les ai appelés comme ça.
Je les ai cachés au grenier
Et je dois les nourrir
En cachette des chiens
Mes petits prisonniers…
Oh, ils ne s’en font pas
Pour le moment. Voici leurs jeux :
Ils jouent aux boules, font rouler çà et là
Les pommes de terre de semence
Qui verdissent dans le grenier du vieux logis.
Par la chatière qu’est-ce
Qu’ils regardent ? Le vaste Monde ?
Peut-être. Mais à coup sûr
Chouchenn leur maman
Qui leur apporte une souris.

2 novembre 1972

(Traduction Paol Keineg)

Ce poème en breton





« »