Le puits

Rouillé le seau en fer battu
Rouge la chaîne du treuil
Du lichen croît sur la margelle
Et de l’herbe haute entre les pavés.
Elle est verte de mousse
L’auge de pierre aux cinq angles.
Le lierre discret dissimule
Les pierres disjointes du puits
Où niche un moineau…

28 mai 1967

(Traduction Paol Keineg)

Ce poème en breton





« »